seine76.fr  
 
 
FAITES VOTRE RECHERCHE
  Recherche par nom de célébrité:   A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z |  

Nés dans la commune Ayant vécu dans la commune Inhumés dans la commune


Recherche par nom de commune    A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z |

Étienne Achavanne

Ancien combattant de la Première Guerre mondiale, Étienne Achavanne, ouvrier agricole célibataire, né le 27 juin 1892 en Eure-et-Loir et habitant à  Saint-Lubin-des-Joncherets, se réfugie dans l'agglomération rouennaise en fuyant l'invasion allemande de 1940. Le terrain d'aviation de Boos est occupé par les troupes ennemies le 9 juin 1940. Achavanne fait partie des équipes de travailleurs requis pour aménager le site. Il sectionne les câbles du réseau électrique et les lignes téléphoniques de la base aérienne le 20 juin 1940, deux jours avant l'armistice. Les communications entre le terrain d'aviation et la Kommandantur de Rouen sont rompues, et les liaisons internes désorganisées. Ce sabotage facilite le bombardement de la base opéré par l'aviation anglaise le lendemain. 18 appareils de la Luftwaffe sont détruits au sol et 22 militaires allemands tués lors de ce raid.
Achavanne est arrêté sur dénonciation, trois jours plus tard. Condamné à  mort pour sabotage par un tribunal militaire allemand le 28 juin, il est fusillé le 4 juillet 1940 près de Rouen, au lieu-dit de La Maison hantée.


Proposer une modification

Haut de page 



Date de dernière modification de cette page 

06/11/2021 09:49





EPHEMERIDE ET PUBLICITE


Vendredi 26 novembre 2021
Sainte Delphine

Ce jour-là en Seine-Maritime et ailleurs...